WWW.SHROUDEATER.COM - Charles Nodier on Vampires

Source Material:

Back to Main Menu



d'Argens
Collin de Plancy
Debay
Grammaticus
Hudson
Ingram
Newburgh
Nodier «
Schweiger-Lerchenfeld
Scott
Valvasor
Voltaire
Wood

Back to Main Menu


The Source:

Charles Nodier (1780-1844): "Infernalia"

Charles Nodier was born in Besançon on 29 April 1780. And although he spent a great part of his life working in libraries, we would be much mistaken to think that his life was dull or boring. In his younger days, Charles Nodier was involved in the activities of a secret society, which ended with the arrest of several of his friends. He also spent five weeks in prison after confessing to be the author of "La Napoléone", a satirical poem against Bonaparte. For a while, Nodier was the editor of a newspaper, "Le Télégraphe Illyrien", away in Ljubljana. And in 1824, he was appointed as the librerian of the famous "l'Arsenal" in Paris. In the meantime, he managed to put out an endless stream of books, articles, novels, stories. Some of his writings are about vampires. First there is his review of Polidori's "The Vampyre", which was published in 1819 in "Le Journal des Débats". There is his introduction to Cyprien Bérard's "Lord Ruthwen ou les Vampires", 1820. In the same year, Nodier, Caramouche and Jouffroy collaborated to write a melodrama in three acts called "Le Vampire", which had its premiere on 13 June 1820 in the Théatre de la Porte Saint-Martin. At the end of his life - as most people tend to do - Nodier died, on 27 January 1844 in Paris. His grave can be found in the 49th division of the Cimetière du Père-Lachaise.

The well-known cases that I will reprint here (and in fact all cases of vampirism from Nodier's "Infernalia"), can also be found in Dom Calmet's "Dissertation" [1751].

Arnold-Paul

      "Un paysan de Médreïga (village de Hongrie), nommé Arnold-Paul, fut écrasé par la chute d'un chariot chargé de foin. Trente jours après sa mort, quatre personnes moururent subitement, et de la même manière que meurent ceux qui sont molestés des vampires. On se resouvint alors qu'Arnold-Paul avait souvent raconté qu'aux environs de Cassova, sur les frontières de la Turquie, il avait été tourmenté par un vampire turc; mais que sachant que ceux qui étaient victimes dún vampire, le devenaient après leur mort, il avait trouvé moyen de se guérir en mangeant de la terre du vampire turc, et en se frottant de son sang. On présuma que si ce remède avait guéri Arnold-Paul, il ne l'avait pas empêché de devenir vampire à son tour. En conséquence, on le déterra pour s'en assurer; et quoiqu'il fût inhumé depuis quarante jours, on lui trouva le corps vermeil; on s'aperçut que ses cheveux, ses ongles, sa barbe s'étaient renouvelés, et que ses veines étaient remplies d'un sang fluide.

Le bailli du lieu, en présence de qui se fit l'exhumation, et qui était un homme expert dans le vampirisme, ordonna d'enfoncer dans le coeur de ce cadavre un pieu fort aigu et de le percer de part en part; ce qui fut exécuté sur-le-champ. Le vampire jeta des cris effroyables et fit les mêmes mouvements que s'il eût été vivant. Après quoi on lui coupa la tête et on le brûla dans un grand bûcher. On fit subir ensuite le même traitement aux quatre personnes qu'Arnold-Paul avait tuées, de peur qu'elles ne devinssent vampires à leur tour.

Malgré toutes ces précautions, le vampirisme reparut au bout de quelques années; et dans l'espace de trois mois, dix-sept personnes, de tout âge et de tout sexe, périrent misérablement; les unes sans être malades, et les autres après deux ou trois jours de langueur. Une jeune fille nommée Stanoska, s'étant couchée un soir en parfaite santé, se réveilla au milieu de la nuit, tout tremblante, jetant des cris affreux, et disant que le jeune Millo, mort depuis neuf semaines, avait manqué de l'étrangler pendant son sommeil. Le lendemain Stanoska se sentit très malade, et mourut au bout de trois jours de maladie.

Les soupçons se tournèrent sur le jeune homme mort, que l'on pensa devoir être vampire; il fut déterré, reconnu pour tel, et exécuté en conséquence. Les médecins et les chirurgiens du lieu examinèrent comment le vampirisme avait pu renaître au bout d'un temps si considérable, et après avoir bien cherché, on découvrit qu'Arnold-Paul, le premier vampire, avait tourmenté, non seulement les personnes qui étaient mortes peu de temps après lui, mais encore plusieurs bestiaux don't les gens morts avaient mangé, et entre autres le jeune Millo. On recommença les exécutions, on leur coupa la tête, on les brûla, et on jeta leurs cendres dans la rivière. Ces mesure éteignirent le vampirisme dans Médreïga."

Vampires de Hongrie

      "Un soldat hongrois étant logé chez un paysan de la frontière, et mangeant un jour avec lui, vit entrer un inconnu qui se mit à table à côté d'eux. Le paysan et sa famille parurent fort effrayés de cette visite, et le soldat, ignorant ce que cela voulait dire, ne savait que juger de léffroy de ces bonnes gens. Mais le lendemain, le maître de la maison ayant été trouvé mort dans son lit, le soldat apprit que c'était le père de son hôte, mort et enterré depuis dix ans, qui était venu s'asseoir à table à côté de son fils, et qui avait ainsi annoncé et causé la mort.

Le militaire informa son régiment de cette aventure. Les officiers-généraux envoyèrent un capitaine, un chirurgienm un auditeur et quelques officiers pour vérifier le fait. Les gens de la maison et les habitants du village déposèrent tous que le père du paysan était revenu causer la mort de son fils; et que tout ce que le soldat avait vu et raconté était exactement vrai. En conséquence, on fit déterrer le corps du spectre. On le trouva dans lé'tat d'un homme qui vient d'expirer, et ayant le sang encore chaud; on lui fit couper la tête et on le remit dans son tombeau. Après cette première expédition, on informa les officiers quún autre homme, mort depuis plus de trente ansm avait l'habitude de revenir, qu'il s'était déjà montré trois fois dans la maison à l'heure des repas. Que la première fois il avait sucé au cou son propre frère, et lui avait tiré beaucoup de sang; qu'à la seconde fois il en avait fait autant à un de ses fils; qu'un valet avait été traité de même à la troisième fois; et que ses trois personnes en étaient mortes. Ce revenant dénaturé fut déterré à son tour; on le trouva aussi plein de sang que le premier vampire. On lui enfonça un grand clou dans la tête en on le recouvrit de terre.

La commission croyait en être quitte, lorsque de tous côtés il s'éleva des plaintes contre un troisième vampire, qui, mort depuis seize ans, avait tué et dévoré deux de ses fils; ce troisième vampire fut brûlé comme le plus coupable; après ces exécutions, les officiers laissèrent le village entièrement rassuré contre les revenants qui buvaient le sang de leurs enfants et de leurs amis."

Comments and page © 2009 by Rob Brautigam - NL - Last changes 14 February 2009
"Charles Nodier" - illustration based on an old print from my collection
Photo "Kensal Green Cemetery - London" © 1979 by Rob Brautigam

 - Back to Top -